On nous demande souvent des conseils en pépinière pour tailler les arbres fruitiers. Les livres et internet nous inondent de méthodes diverses, souvent bien  compliquées pour l’amateur. La taille « trigemme » est une des questions que l’on nous pose le plus souvent. Ce sont des méthodes très compliquées, impraticables pour l’amateur et réservées souvent  à la production intensive. L’amateur quant à lui, doit pratiquer une taille d’entretien adaptée à son verger. Nous vous partageons ici nos trucs et astuces pour une taille, telle que nous la pratiquons en tant que pépiniériste.

Le but de la taille est d’obtenir des arbres aérés, robustes, produisant de bonnes récoltes régulières, et de garder une silhouette appropriée. Pour la plupart d’entre nous, la taille se limite à une taille dite « d’entretien », c’est-à-dire tailler les branches mortes et éliminer les bois qui poussent vers l’intérieur de la couronne, afin de laisser passer la lumière et l’air. La lumière est essentielle pour le mûrissement des fruits, et l’aération va diminuer fortement le risque de maladie.  On va donc éliminer les branches mortes, malades, se chevauchant, qui frottent entre elles, ainsi que celles qui poussent vers l’intérieur de la couronne, pour ne conserver que celles qui vont vers l’extérieur et la lumière. N’oubliez pas de couper les branches de façon bien propre et nette avec un sécateur bien aiguisé, et de recouvrir vos coupes d’un bon mastic pour arbre, afin de protéger l’arbre des insectes et des maladies.

Ensuite, dans la mesure du possible, le jardinier essaie d’équilibrer la couronne de l’arbre afin de bien répartir la sève.  Pour les pommiers et les poiriers, essayez plutôt  de donner,  et de maintenir l’arbre dans une silhouette générale de pinceau ou de fuseau. Les cerisiers et les pruniers, quant à eux, préfèrent une silhouette en forme de gobelet, un peu comme un éventail.  Tout en respectant la forme de base, essayez de garder l’arbre à une hauteur acceptable. Pensez à vos récoltes…et à vos problèmes d’échelles.

Le pêcher,  lui aussi, doit être entretenu chaque année, car sa fructification se fait sur le bois de l’année. Si vous ne le taillez pas, les fruits seront de plus en plus loin aux extrémités des branches. Il faut supprimer le bois qui a porté les fruits. Comme les arbres à noyaux, vous pouvez  le faire après la fructification en août /septembre.

La période de la taille principale des pommiers et des poiriers se situe de novembre à mars (sauf gel permanent, bien sûr, car le bois devient trop cassant)  Pour les cerisiers et pruniers, la taille se fait juste après la fructification, c’est-à-dire en  août/septembre, en évitant de  la suppression de trop grosses branches, génératrice de gomme. Cependant, de façon très occasionnelle, vous pouvez les  tailler en hiver pour un plus gros élagage.

Profitez aussi de l’hiver pour labourer à l’aplomb  de la couronne de votre arbre, pour y enfouir un bon engrais organique. Pourquoi à l’aplomb des branches ??? Parce que c’est à cet endroit que les extrémités des racines peuvent capter au mieux les matières organiques. Vous pouvez aussi blanchir les troncs pour décourager les insectes.

Au moment de la floraison, n’oubliez pas de placer les pièges à phéromones sur les pommiers, les poiriers et les pruniers.  Pour les cerisiers, c’est  plus tard, au moment où la cerise va commencer à se colorer, qu’il faut penser à placer le piège à phéromones, pour éviter les cerises véreuses.

Sachez aussi que chaque année vers le mois de mai/juin, une chute naturelle de fruits se produit. De cette façon, l’arbre élimine les fruits en surnombre, si la pollinisation des  fleurs a été trop abondante. Et si après cette période, il reste encore beaucoup trop de fruits sur l’arbre, n’hésitez pas éliminer vous-même une partie des petits fruits : ne laissez que 6 à 10 pommes, poires ou pêches par mètre courant de branche charpentière…et votre récolte y gagnera en qualité.

 

A vos sécateurs !!!